L'ombre et la Lumière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'ombre et la Lumière

Message  radekbocktor le Mer 13 Oct - 2:09

Cela fait maintenant 3 jours que je me cache dans les montagnes a épier une ville en ruine, envahie par les ogres.
Par la lumière que ces créatures sont dégoûtantes.
La neige immaculée ne faisant que souligner les incongruités de ces êtres massifs sont capable de laisser derrière eux.
Comme il a neigé récemment je penses que ces ogres doivent avoir une réserve importante de nourriture
car les pentes neigeuses d'Alterac sont déjà souillés.

Je faisais parti d'une caravane en direction du camp du noroît quand une bande de mort-vivant sont apparus.
Ils ont surgis de nul-part a travers des trous dans le sol.
Seuls le soutien indéfectible de la lumière m'as permis de passer cette épreuve.
Mes compagnons n'eurent pas cette chance. Garolf le grand réussi a tuer plusieurs de ces créatures, avant de tomber.
Ce que les goules lui firent, je ne peux que me le remémorer en ayant un frisson.

j'appelais tout à tour, protection, soin, j'infligeais la peur du chatîment divin, mais rien n'y fit.
Ils étaient tout simplement trop nombreux.
Notre guide Garrik lui aussi un membre la lumière mais ayant choisit un voie plus martiale que la mienne,
son marteau enflammée en une dernière charge , hurla a moi et mes déjà peu nombreux compagnons de fuir.
Comme les morts vivant semblaient venir du bas de la vallée , le fuite vers la rivière qui coulait en bas semblait vaine.
Je pris alors le parti de m'enfuir vers les hauteurs d'où une tour en ruine me narguait de ces pierres noircies
par les flammes d'ancienne d'armes de sièges qui reposaient a maintenant rouillées et inutilisables près du lieu de l'embuscade.

Mon bâton me fut d'un grand secours lors de l'escalade effrénée qui s'ensuivit.
j'eus la chance de ne pas être repéré par ces maudits gheists. J'appelais a moi la lumière,
non plus pour ses capacités curatives mais pour qu'elle m'enveloppe
et oblitère ma présence de l'esprit de mes poursuivants .

Je me réfugiait dans une grotte, où ,exténue ,je m'écroulais.
Je me réveillait fiévreux et sans repère sur la durée de mon évanouissement.
Une vilaine plaie au niveau de la jambe commençait a me faire souffrir et semblait infectée.
J'appelais a moi la lumière dans un rituel que j'avais eu l'occasion de pratiquer de nombreuses fois depuis mon noviciat à l'abbaye d'Elwyn.L'énergie familière m'envahit et bientôt la plaie se referma complètement.
Un autre rituel, lui aussi pratiqué depuis des années, fis tomber la fièvre.

Je me rappelais alors en voyant l'état de ma robe, qui n'était plus que lambeaux, ce qu'avait dit Arnok de Pelenor
lors d'une des discussion que nous avons eu autour du feu ,quelques jours auparavant, à l'occasion d'une halte dans les paluns.
"Il est bien utile que vous soyer avec nous dans ce marais fétide et infesté de maladie mon ami.
Il est utile que vous soyez là pour soigner ma jambe cassée
mais pourriez vous faire un effort et demander à la lumière si elle ne pourrait pas aussi
réparer ma tunique, en même temps que mes os?"

Quand il mentionnait aussi le nettoyage des taches de sang, il s'en fallut d'un cheveux que je l'assommes.
Maintenant que le vent soufflait et me gelait sur place,en enveloppant mes mollets sans protections,
cette remarque incongrue, revenait terriblement pressente à mon esprit.

Arnok, quittait les jupes de son père pour la première fois.
Il se rendait au camp du noroît afin d'essayer de monter une expédition afin de récupérer une relique des temps anciens ,une tiare
ayant appartenu à un de ces ancêtres. Son regard semblait alors s'enflammer quand il parlait de cette vieille relique.
Je le soupçonnais d'avoir quelques ascendants nains dans sa lignée dans ces moment là.

Perdu dans mes réflexions je fus presque pris par surprise par l'attaque.
La grotte n'était pas inoccupée. Le yéti le plus massif que j'ai jamais vu, surgit en hurlant du fond de la grotte où je me cachais.
Il devait sortir d'hibernation car ses coups semblaient maladroits.
Je vis avec horreur un morceau de glace réduit à l'état de copeau par sa griffe puissante, a quelques centimètres de ma tête.
Je me concentrais et fis appel à la Lumière. Un éclair doré surgit alors et sembla enveloppé la créature dans des flammes brillantes.
Je n'avais pas d'espoir de blesser sérieusement la créature, mais j'eus de la chance.
Les yeux de la créature devaient êtres encore sensibles et , c'est en se protégeant le haut du crâne où se trouvaient ses yeux, tels des petites billes noires profondément enfoncées dans ses orbites ,
qu'elle fuit vers les ténèbres salvatrices et inexplorées de la grotte.

Je me ruais vers la sortie. Après une chute heureusement sans gravité sur la pente enneigée, je me relevais péniblement.
Là à quelques centimètres de mon visage, et ma grande horreur un peu partout sur ma tunique en lambeau,
je découvrais mon premier indice sur la présence d'ogre dans les environs.

J'errais des heures dans les montagnes, en évitant les bêtes sauvages, et mes forces m'abandonnèrent alors.
J'allais mourir ici, gelé , perdu, quand soudain ....
D'entre les nuages , qui formait une sorte de chape de plomb au dessus de ma tête depuis des jours,
un rayon de soleil perça et se refléta sur un objet brillant au loin.
Interprétant ceci comme un signe de la Lumière, je repris courage.


Après m'être approché de la source de la lumière, je découvris un ville en ruine.
D'après ce que j'en savais j'avais devant moi les ruines d'Alterac.
Affamé, transis, je m'étais fourvoyé dans la plus grande zone infestée d'ogres à l'ouest de Arathi.

Mais ce qui captivait mon regard c'était la source de la lumière qui m'avait guidé jusqu'ici.
Accroché au sommet d'un clocher d'une église en ruine, un objet brillant de mille feux ,
mon phare salvateur, se balançait doucement en dessous d'une bannière ogre.

Je reconnus tout de suite la couronne. C'était la tiare que recherchait Arnolk.
La Lumière ne m'avait pas amené ici sans raisons.
Je devais tout faire pour récupérer cet objet, et le ramener au père d'Arnolk,
afin que la perte de son fils n'ai pas été vaine. A cette moment, le froid et la fatigue disparurent.
La Lumière m'avait investit d'une mission, et j'allais la remplir.

Et c'est pourquoi après avoir trouvé une cachette , sans yéti cette fois, j'observais, le froid, la faim et la fatigue oublié,ce a quoi passait leur temps les ogres.

Au bout de quelques heures, je m'aperçus que la vie des ogres était simple.
Apparemment cela se bornait à manger, se battre, chasser et le tout sans aucune notions d'hygiène.

Alors que je pensais pouvoir m'approcher sans problème de la
chapelle et aller récupérer la tiare au nez et à la barbe de ces créatures stupides, un ogre jusqu'alors absent surgit en hurlant.
Il se distinguait des autres par une taille plus petite, et des tatouages plus nombreux. Ainsi qu'un bâton ouvragé.
Il hurla un ordre vers un ogre en désignant la tiare. Celui-ci se mit à rire comme si il avait fait une bonne blague.
Une boule de feu surgit du bâton du nabot, mis fin a son rire et à l'ogre en son entier.

Un autre sort surgit du bâton et délogea la tiare de son perchoir.
Je vis alors dans l'oeil de ce petit ogre, la même lumière qui animait le regard d'arnolk quand il me parlait de la couronne.
Je fis alors une excuse muette aux panthéons des nains. Je m'était trompé d'espèce quant à l'ascendant lointain de la lignée.

Ce petit ogre , "l'avare" comme je le surnommais alors, pris l'objet et se dirigea vers la partie encore intacte de la chapelle.


Une fois la nuit venue, je me dirigeais vers la chapelle. Éviter les patrouilles fut facile. Une fois dans la chapelle , je vis quel'avare était là. il portait fièrement la tiare sur le sommet de son crâne.
Il semblait endormi. J'utilisais alors tout ce que frère Neals m'avait enseigné à l'abbaye pour apaiser l'esprit des créatures hostiles.
Je soupçonnais d'ailleurs qu'il utilisait souvent cette capacité de la Lumière pour aller subtiliser du vin dans la réserve de Milly.

Je réussis a prendre la tiare et presque à m'enfuir.
Sur le pas de la porte j'entendis alors venir de derrière moi un cri de désespoir mêlé de fureur.
Le "nabot" criait en pointant un poing rageur dans ma direction. Son autre main était plus utilement occupée en abaissant vers moi son bâton.
J'eus juste le temps de formuler une prière de protection que la boule de feu s'écrasa sur mon bouclier.
Cette puissante protection ne tiendrait malheureusement pas longtemps.
Je lançais alors un sort qui ruinerais toutes mes chances de m'échapper sans donner plus l'alarme,
mais qui me donnerait peut-être les secondes cruciales pour survivre immédiatement.

Le frère Neals nous avait parlé une fois des capacité des prêtres a utiliser le désespoir des victimes.
Le prêtre en canalisant toutes les frustrations environnantes et la part d'ombre de l'âme humaine , pouvait alors utiliser cette énergie négative afin de la purifiée, et en la relâchant en amenant la vengeance,apporter la paix aux âmes tourmentées.
Il était dommage que le frère Neals soit sur l'effet d'une des "cuvées spéciales de Milly"
à ce moment , car il ne put aller plus loin dans notre enseignement.
Une fois sobre , il ne mentionna jamais plus cet aspect de la lumière devant nous


Je décidais en désespoir de cause de faire appel a la capacité libératrice et purificatrice de la Lumière.
Je puisais autour de moi , tout le désespoir des victimes qui avaient étés massacrées a Alterac.
Je concentrais cela en un cri puissant vers mon ennemi; pas un cri exprimé par la voix, mais un cri de l'esprit.
Je sentis a la fois deux choses. la noirceur se détachée d'une des âmes qui m'avait prête sa force et
être projeté vers le mage ogre, et cette même âme ,qui purifiée, retournait vers la Lumière.

Les effets sur l'ogre furent dévastateur. Il tomba a la reverse et se releva avec peine, du sang coulant de son nez et de des oreilles,bien qu'aucune blessure ne fut réellement visible.
Comme je le craignais mon "cri psychique" n'était malheureusement pas passé inaperçu et j'entendis des ogres alertés venir vers moi.
Je me précipitais dans l'obscurité, en profitant que le mage soit toujours trop sonné pour pouvoir m'attaquer.

Je courus vers le mur d'enceinte en ruine de la ville. J'évitais de façon presque surnaturelle les patrouilles et me réfugiait entre deux rochers surplombant l'a-pic vertigineux vers le lac Lordamere.

Là un rayon de lune me permis de voir pourquoi j'avais échappe aux ogres si facilement.
Les âmes dont j'avais été le médium pour leur juste courroux, m'avais enveloppé d'un linceul d'ombre.
Cette sorte de brume opaque amplifiait ma perception du désespoir et du tourment de ceux qui se croyaient abandonnées de la lumière.
Pris de panique a l'idée que je sois engloutis par ce désespoir je lançais sur moi un sort de purification.
A mon grand soulagement la brume disparue aussitôt.

Je compris alors que j'avais fait une erreur.

La brume sombre était la seule chose qui avait empêché le mage ogre de me voir jusqu'ici.
Une boule de feu pulvérisa le rocher à ma droite. L'explosion délogea même un oiseau , qui nidifiait à côté, et qui s'envola en piaillant.
Le mage s'approcha de moi, un lueur meurtrière dans les yeux. je compris que s'il ne me réduisait pas tout de suite en cendre ,c'est que je tenais encore la tiare et que je me trouvais au bord d'une très grande falaise.
Soit Je sautais, soit je lui laissait le temps de me rejoindre.

Je décidais de sauter.

Je me tournais vers les ténèbres inquiétantes qui peu à peine s'éclaircissaient dans le lointain en milliers de reflets de la lune sur les vagues du lac, à la fois proche mais trop éloigné pour que je puisse l'atteindre en sautant
L'ogre comprenant que la tiare risquait de lui échapper chargea.

Je n'eus que le temps de plonger la main à l'intérieur du nid abandonné par l'oiseau délogé par la première boule de feu et de sauter.

L'ogre me frôla, pendant que je lançais un sort presque oublié du début de mon noviciat.
La plume dans ma main deviens soudain plus lourde, plus consistante, alors que mon esprit de concentrait dessus.
Tout comme les âmes noires avaient pues utilisées mon âme comme médium pour être purifiées, j'utilisais la mienne afin qu'elle ressemble à la plume, et lancer ainsi un rituel de purification
En faisant cela mes pêchés furent à leurs tours libérées et mon âme allégée.
Mon âme étant plus légère et ayant pris la qualité d'une simple plume la lumière m'accorda alors un miracle qui me permis de léviter dans les airs.

L'ogre une expression de stupeur qui se transforma bientôt en rage me dépassa dans son vol plané vers les ténèbres, et les rochers en contre-bas.


Après plusieurs jours je rejoins Austrivage sur la côte.
Là je découvris que plusieurs de mes compagnons avaient réussi à survivre.
Je découvris aussi, que même loin des ogres , les âmes qui se croyaient abandonnées par la lumière , ou en proie au doute étaient nombreuses.
Pour la purification et le salut de ces âmes, je me servirais de leur noirceur afin de les purifiées et protéger tout ceux que la Lumière garde.

Mon nom est Dunad.























radekbocktor

Messages : 29
Date d'inscription : 02/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum